Extra Bold

Code de la Rue Berlinois

12 septembre 2014

Sommes-nous tous égaux devant le code de la rue, ou la façon que nous avons de permettre aux modes de déplacements de s’approprier la ville. Alors qu’à Lyon, les rollers se sont emparés de nos territoires souvent les vendredis soirs, c’est un autre mode de déplacement (qui nous est cher chez Extra) qui invente un événementiel alternatif chez nos voisins allemands.

C’est autour d’une bonne bière au « Sucre » que Stéphane, nouvel ami Berlinois de l’instant, m’alerte sur ce nouveau phénomène. Tous les derniers vendredis du mois, un immense rassemblement de vélos autoproclamé “Critical Mass” s’offre une ballade nocturne improvisée dans les rues de Berlin. Cet événement ne cesse de prendre de l’ampleur.

Les faits : une foule à cyclistes se presse sur une place du centre de Berlin. Dès 20h, ils sont entre 1000 et 1500 à partir dans un joyeux concert de sonnettes. La masse de cyclistes se met en mouvement comme d’un seul homme, filant à petite vitesse en occupant toute la largeur de la voie de droite. Ils ne sont pas contre le trafic, ils deviennent LE trafic.

C’est pour nombre d’entre eux un geste politique d’être présent, un geste de liberté. Ils souhaitent montrer que le vélo a aujourd’hui de plus en plus sa place en milieu urbain.

Ce mouvement serait né dans les rues de San Francisco, il y a de cela déjà plus de 10 ans, et il a depuis essaimé à travers la planète. Cette manifestation lors de laquelle les participants revendiquent leur droit à circuler en sécurité dans la ville, au même titre que les automobilistes, a lieu simultanément dans plusieurs centaines de villes dans le monde. Elle commence à se faire connaître en France sous le nom de “Vélorution”.

C’est l’avènement d’une marée de vélos qui imagine, le temps de 2 ou 3 heures dans la nuit, un code de la rue revu et corrigé. Le principe peut tenir dans ce vieil adage “Peu importe la destination, ce qui compte c’est le voyage”. Il n’y a pas d’itinéraire, pas de but, pas d’organisateur. Le flot de vélos se déplace au gré des directions prises par la tête du peloton. Le processus décisionnel est dynamique, chaque rassemblement est une nouvelle aventure, dont on ne sait ni où ni quand elle s’arrêtera.

En tant qu’organisateur sage et discipliné que nous sommes, notamment à travers Lyon Free VTT, nous ne pouvons que soutenir ce type d’initiative qui rend la cité différente. Quand on ne cesse de vouloir voir de l’intelligence partout dans la ville, n’oublions jamais que celle-ci, avant d’être informatique, est surtout collective et humaine.

Par Sébastien Olive

Directeur associé

Curieux de tout et affublé de sa resplendissante paire de binocles rouges ou violettes, Sébastien est le dirigeant de l’agence Extra.

Voir tous ses billets

Ajouter votre commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *